Voir d'autres témoignages de naissance à l'Arche de Noé

Notre voyage vu de l’intérieur

 

Après un voyage de 9 mois dans une douce obscurité, entre balancements et bercements, il est enfin l’heure. L’heure pour moi d’entreprendre une nouvelle aventure, de prendre un nouveau chemin…

Mais d’abord, je me présente :  je m’appelle Louise depuis quelques mois (papa&maman se sont enfin mis d’accord pour le choix du prénom)

Au début, quand maman a appris ma présence, elle était très enthousiaste, malheureusement le stress a vite pris le dessus et elle se posait des milliers de questions quant à mon avenir.

Papa, lui, n’était pas ravi du tout quand il a su qu’un nouvel arrivant s’annonçait dans les mois à venir. Ensuite sa vision des choses a complètement changé au fur et à mesure que je grandissais au sein de la femme qu’il chérissait tant. C’est d’ailleurs, principalement, grâce à lui que maman a su surmonter son angoisse.

J’ai une grande sœur. Maman lui a dit tout de suite qu’elle allait bientôt avoir une petite sœur ou un petit frère…Je crois qu’elle était contente.

Maman n’avait pas bien vécu son premier accouchement, alors elle s’était dit que cette fois ci, ça devait être différent. Elle ne voulait plus qu’on lui « vole » son accouchement, sa grossesse et son bébé, que l’on doute de son aptitude à mettre un bébé au monde toute seule, sans médecins, sans médicalisation. Elle voulait que ce soit simple, sain, naturel… Et puis, elle voulait le meilleur pour moi, ou ce qui était le meilleur à ses yeux en tout cas. Alors elle a parlé à papa de l’Arche de Noé. Papa, un peu septique au début, s’est vite rendu compte à quel point le concept était différent de celui rencontré à l’hôpital 3 ans auparavant. Il a très vite adhéré.

Papa&Maman étaient entourés par trois sages femmes merveilleuses qui les ont suivis (ainsi que moi) Elles ont su trouver les mots justes lorsqu’ils étaient dans le doute, elles les ont aidés à maintenir le cap. Elles leurs ont parlé pendant des heures entières, elles se souciaient de savoir comment ils m’acceptaient, comment ils allaient tout les deux, autant en tant que parents, futurs parents mais également en tant que mari et femme.

Maman tenait beaucoup à ce que je vienne au monde dans cette maison, j’ai donc tout fait pour que la grossesse se déroule bien, je n’ai pas fait trop de bêtises…

Neuf long mois se sont écoulés…

Maman avait peur. Elle pensait que le terme calculé par les gynécologues n’était pas juste, qu’il était 10 jours trop tôt. A 41 semaines, papa et maman risquaient de ne plus pouvoir réaliser notre projet. Alors, à 40 semaines, elle a pris les choses en main avec la connivence de papa (très très impatient de me rencontrer)

A 40 semaines, elle s’est penchée sur l’étude des remèdes de sa grand-mère (et l’ascension de la citadelle avec une poussette) Elle en a essayé un le mercredi 4/04 au soir. Je l’ai entendu dire que ça n’avait pas très bon goût. Elle a eu des contractions toute la nuit, jusqu’au lendemain matin. Elles se sont arrêtées avec un bon bain chaud. Elle était déçue, ainsi que papa. L’après midi, Bénédicte lui a annoncé que son col était à 5 cm d’ouverture. Chouette, je vais bientôt prendre la sortie des artistes ! ! Papa prend congé le vendredi pour être sûr d’être là le moment venu.

Le vendredi soir, toujours rien. Elle reprend la même potion magique avant d’aller dormir, elle a de nouveau ces mêmes contractions. Elle s’en réjouit, papa aussi. Mais maman n’y croit pas trop. Et pourtant…

Il est maintenant 4h30, je ne sais pas ce qu’il se passe, l’eau dans laquelle je baignais vient (en partie) de fuir par un petit trou, accompagné  d’un drôle de bruit : « Toc, toc ». Je sens maman sursauter. J’entends papa lui demander ce qu’il se passe. Elle lui répond : « Attends ! ». Elle se redresse légèrement et sent un liquide chaud s’écouler sur le matelas. Elle se lève et le lui montre. Je crois que papa n’a pas réalisé tout de suite. C’est quand elle lui a dit que c’était les eaux qu’il a compris et qu’il a commencé à s’agiter autant que maman.

Une première contraction tout à fait différente des autres vient me serrer encore plus que je ne le suis déjà.

Papa prévient le sage femme que maman a perdu les eaux. Celle-ci leurs dit de venir immédiatement à la maison de naissance. Papa est maintenant bien conscient que ce sera pour les heures qui viennent.

De nouveau une contraction, j’entends maman gémir. Elle s’agite, s’arrête un instant, souffle…et moi je suis toute serrée. Papa prépare l’aînée (qui a été réveillée par les allées et venues de maman aux toilettes)  On monte en voiture, on s’arrête toute les minutes, à chaque fois que le ventre de maman se serre autour de moi. Heureusement, on habite à l’entrée de Namur.

Enfin, on arrive à L’Arche de Noé, Bénédicte est là depuis une bonne demi-heure. Une autre contraction immobilise maman au pied de l’escalier, une autre à l’entrée de la chambre puis au pied du lit, elles sont de plus en plus rapprochées…je pense que maman ne s’attendait pas du tout à ça. Maman voudrait me mettre au monde dans l’eau. J’entends l’eau couler dans la grande baignoire.  

Il est 5h20 quand je sens maman s’étendre sur le lit double de la chambre. Dix secondes plus tard, après une contraction, quelque chose vient buter contre ma tête, faire le tour du coussin sur lequel je repose et repartir tout aussi vite. J’entends Bénédicte dire à mon papa qu’il faut qu’il rentre dans la chambre car maman est à 8 cm d’ouverture et que ça va aller très vite. Ma grande sœur reste alors derrière la porte. Je l’entends pleurer. Bénédicte l’invite à rentrer et à s’installer à coté de maman avec papa. Maman gémit (un peu fort) depuis que nous sommes arrivés, les contractions étant de plus en plus intenses. Je crois que ma sœur est effrayée. Je l’entends donner des bisous à maman, elle est inquiète. C’est normal, elle n’a que 3 ans de plus que moi. Maman essaie quand même de se contrôler pour éviter de traumatiser ma grande sœur.

Thérèse arrive à la rescousse. Elle prépare avec Bénédicte tout le matériel nécessaire.

Il est 5h50, Papy arrive et s’occupe de ma grande sœur, ils restent tout les deux à la cuisine.

Pendant ce temps, j’essaie de me frayer un passage au milieu de mes coussins qui semblent s’écarter un peu plus à chaque contraction. Ils ne tiendront plus longtemps je pense.

Maman n’a, manifestement, plus le courage de se lever du lit pour rejoindre la baignoire.  

Et moi, je commence à ressentir, pour la première fois une sensation de fraîcheur au sommet de mon crâne. Mais chaque fois que maman essaie de me pousser hors de mon petit cocon, je sens cette fraîcheur s’emparer de ma tête puis disparaître lorsque la poussée est terminée et que je retourne quelques millimètres en arrière.

Maman se tourne sur le côté gauche. Il est 6h. Je sens qu’elle s’accroche au cou de papa. Elle tire de toute ses forces en poussant  le plus fort possible…Aaah, là je me sens avancer ! Elle ressent mieux la façon et la direction dans laquelle elle doit pousser. Thérèse a pris la jambe droite de maman et lui dit de pousser avec son pied dans sa main. C’est efficace ! Un peu trop, j’entends Bénédicte dire que je glisse comme sur un tobogand et dire « Stop, on souffle en « s » » ! Maman ne bouge plus et souffle…il faut laisser le temps à l’entrée de mon cocon de s’étendre de façon à rester intact lorsque ma tête sortira. Je sens Bénédicte masser l’entrée (et ma tête par la même occasion) avec de l’huile ou de la crème, je ne sais pas trop.

L’envie de pousser devient trop forte pour maman, je le sens bien. Elle recommence à pousser de toute ses forces, en gémissant à nouveau, tellement la sensation est forte et l’émotion grande.

Encore une fois…ça y est ! Quel drôle de sensation ! La fraîcheur s’est emparée de ma tête entière. Il paraît que j’ai plein de cheveux noirs. J’entends maman demander où je suis, elle se redresse légèrement pour regarder vers son entre-jambe. Je la sens soulagée, émue et plus forte encore. Quant à papa, il soutient du mieux qu’il peut maman. Il est là, il est présent près d’elle et c’est la plus grande force de maman. Encore une contraction, maman pousse une ultime fois, elle sent mon petit corps glisser très lentement au début puis sortir « en jet » lorsque les épaules sont passées, il est 6h10.

Et là, des milliers de sensations apparaissent toutes en même temps. Je me sens terriblement libre…sans paroi pour me maintenir, j’ai un peu froid, j’ai un peu peur de ce qu’il est en train de m’arriver…puis…un besoin irrésistible de m’ouvrir à mon tour, d’une tout autre façon que maman : Je respire ! Ma première bouffée d’air, je l’accueille en émettant un petit son bizarre, puis un deuxième, puis…c’est tout. Le silence.

On me pose directement sur quelque chose de chaud et de moelleux, mon oreille droite collée contre quelque chose que j’entendais encore il y a 5 minutes. Un battement de cœur, une respiration. Et là j’entends pour la première fois, très distinctement, une voix qui m’est familière mais en beaucoup plus audible : ma maman ! (D’ailleurs elle n’a rien trouvé d’autre à dire pour m’accueillir que : « Ooooh ma chérie, qu’est ce que tu as fais mal à maman ! »)

Et tout contre maman, quelqu’un d’encore plus grand, qui me regarde avec amour et plein d’émotions : mon papa…

Maman et papa sont, comment dire…il n’y a pas de mots pour exprimer ce qu’il se passe pour le moment entre nous trois, je dirais qu’ils sont plein d’amour mais je crois que c’est bien plus fort que ça.

Papa coupera le dernier lien physique qui me reliait encore à maman quelques instants plus tard. Gaëlle, ma grande sœur, viendra 5 minutes après me dire bonjour, avec mon papy, et passer tendrement sa petite main sur ma joue encore toute mouillée. On me pèsera et m’habillera plus tard, après que papa et maman se seront retrouvés un peu seuls avec moi. Bénédicte et Thérèse se sont éclipsées, laissant derrière elles une pièce remplie d’émotions et d’amour grandissant.

Ainsi se termine mon voyage de 9 mois, pour qu’une nouvelle vie puisse commencer…

Je m’appelle Louise depuis quelques minutes, je pèse 3Kg 940 et mesure 51 cm, je suis avec ma sœur le rayon de soleil de leur vie…     

 

 

Vous venez de lire l’histoire de notre fille Louise, nous voulions vous la faire partager. Ce fut une expérience riche pour nous en tant que parents, comme pour notre couple. Etre suivis à l’Arche de Noé et avoir la chance de pouvoir y mettre au monde notre enfant, nous a réconcilié (surtout la maman) avec la grossesse et l’accouchement. C’est une expérience formidable…et tellement belle.

Nous profitons de ce témoignage pour remercier les sages femmes de l’Arche de Noé pour tout ce qu’elles ont fait pour nous. Et surtout merci de donner la chance aux couples de donner la vie dans un endroit aussi chaleureux et accueillant que celui-ci, tout cela de la façon la plus naturelle qui soit. Nous sommes conscients de la chance que nous avons eu et nous espérons de tout cœur pouvoir réitérer cette aventure…

 

  Photo de Louise