Voir d'autres témoignages de naissance à l'Arche de Noé

Voilà maintenant presque trois semaines qu’Alexandre est né, et enfin nous trouvons un petit peu de temps pour vous écrire un mot.

 

Cette histoire a commencé il y a neuf bons mois. A cette époque, cette histoire n’avait pas encore de nom, ni de lieu bien défini pour y écrire le premier chapitre. Nous sommes alors arrivés à l’Arche de Noé, avec nos questions, nos craintes, nos espoirs. Dès le premier contact, la simplicité, l’humanité du lieu nous ont conquis. Après quelques visites, nos craintes s’étaient évanouies. L’accouchement à l’hôpital, bien que restant toujours possible si les circonstances le demandaient, n’était tout en cas plus une alternative spontanée.

 

Tous les mois, le rendez-vous à l’Arche de Noé était attendu. Nous allions être rassurés que bébé allait bien, nos inquiétudes du mois allaient trouver réponses, et surtout, nous allions entendre le cœur de bébé.

 

Bébé grandit, puis vient le jour où bébé trouve l’espace trop petit. Le départ de la maison se fait dans le calme à 4h du matin. Sans trop vraiment réaliser que le lendemain on reviendra avec un bébé à l’arrière…

 

Le travail fut long, le hasard fut que ce soit Marie-Christine qui allait nous accompagner toute cette longue journée, jusqu’à la naissance tard le soir. Même si ce fut long et difficile pour la maman sur la fin (et un peu pour le papa aussi), nous nous sentions entre de bonnes mains, à l’écoute quand nous en avions besoins, discrètes quand nous en avions besoin aussi. Bref, tout simplement humaines et attentives.

 

Enfin, lorsque la bougie que sa marraine avait faite pour attendre le bébé a décidé de s’éteindre, le grand moment est arrivé. Délivrance pour la maman, découverte du monde extérieur pour le bébé, émerveillement pour papa et maman. Bébé a découvert le monde extérieur enveloppé sur le ventre bien chaud de sa maman, ne comprenant sans doute pas trop ce qui lui arrivait, mais sentant déjà sans doute qu’il était dans un lieu de tendresse.

 

Nous profitions de ce moment à trois, nous en profitions tellement qu’il nous a fallut cinq minutes pour enfin regarder si ce bébé était un monsieur ou une madame, et ainsi donner un nom à cette histoire. Alexandre était né, et c’était sans doute celui de nous tous qui avait vécu cette journée le plus paisiblement.

 

Nous tenions à vous remerciez toutes les trois, Evelyne, Marie-Christine et Bénédicte pour tout ce que vous nous avez apporté pendant les neuf mois de grossesse, votre écoute, votre attention, votre tendresse, votre fermeté aussi quand c’était nécessaire. Merci à Marie-Christine pour cette belle et longue journée, ainsi qu’à Dieudonnée qui a accompagné de son affection les derniers moments de la poussée et les premières heures d’Alexandre.

 

Merci à toutes de nous avoir permis d’écrire le premier chapitre de la vie d’Alexandre d’une manière que nous n’aurions pu imaginer si nous ne vous avions pas rencontrées.

 

 

                                                                                  Virginie et Sébastien