Naissance de Raphaël – 24/06/2018

Naissance de Raphaël – 24/06/2018

Samedi 23/06/2018 – 39SA+3

 

J’ai deux premières contractions qui ne ressemblent pas du tout à celles que j’ai d’habitude. C’est rigolo mais ce matin on a dit a bébé “c’est bon bébé, on est prêts, tu peux venir quand tu veux ❤”! Et puis c’est bête mais moi qui ne regarde jamais le foot j’étais persuadée que bébé naîtrait un jour de victoire belge. Je pensais plutôt au 28/06 (avec une DPA belge le 27 + la nouvelle lune) mais aujourd’hui les belges ont gagné 5-2. Est-ce un signe ? On va se coucher avec chéri et je lui dis que c’est peut-être notre dernière nuit à deux, on en profite puis je regarde un film car impossible de dormir…

 

Dimanche 24/06/2018

 

Réveillée à 4h45, je me sens bizarre, j’ai mal au ventre et cette envie irrépressible d’aller aux toilettes en permanence… Je me lève, me recouche, finit par prendre un spasfon “pour voir si ça passe”, puis un bain chaud… Rien n’y fait mais je ne suis pas encore sûre que ce soit le jour J ! Je finis par appeler ma maman et lui en parler. Elle entend mes contractions puisque j’arrête de parler à chaque fois. Au bout d’un certain temps en raccrochant elle me dit “je crois que tu peux aller réveiller ton amoureux, c’est pour aujourd’hui 😉” ! J’avais commencé à calculer mes contractions mais ça me stressait de voir que parfois je n’avais que 2mn entre chaque, parfois 5, parfois plus…Alors j’écoute les conseils des SF et j’arrête de calculer ! Je réveille chéri à 8h par un “Je crois qu’on va rencontrer bébé aujourd’hui”! À 9h on appelle Shuyana qui est de garde. Mes contractions sont déjà bien rapprochées mais elle me dit que tant que je gère on peut rester à la maison malgré la route à faire (1h). Je suis un peu paniquée mais je gère. Mon amoureux s’active, finit de tout préparer, range la maison pour que ce soit agréable en revenant. Il est super excité mais reste hyper serein. Chéri va me chercher des pains au chocolat (j’ai bavé dessus toute la grossesse) mais ça ne passe pas, je lui demande de me faire une assiette de pates, idem… Impossible d’avaler quoi que ce soit ! Je ne mangerai rien avant 2h du matin !!

A 10h30 on rappelle les SF, la route me stresse, elles sont ok pour qu’on vienne mais un autre accouchement est en cours ce jour-là a la MDN donc on devra patienter un peu. On part de la maison vers 11h qqch je crois, je m’installe à l’arrière de la voiture avec coussins et bouillotte. Je maudis certaines portions de routes belges mais chéri fait de son mieux.  On arrive vers 12h et des patates a la MDN, les SF viendront vers 14h30. Jennifer était venue vers 13h nous dire qu’elles étaient là, qu’elles pensaient beaucoup à nous et qu’elles venaient dès qu’elles pouvaient et qu’on peut appeler au besoin. On reste un peu en bas, je fais du ballon mais je ne gère pas bien, je suis déjà fatiguée et j’ai mal… Au bout d’un moment on monte dans la chambre “soleil” qui est toute prête. Lumière tamisée, il règne une ambiance sereine je m’y sens bien. J’entends la maman qui accouche à côté, pas méga rassurant ! Mais on est dans la chambre qu’on a choisi, dans notre cocon. On s’allonge sur le lit, je peux encore me mettre sur le côté. Chéri m’apaise en mettant ses mains en bas de mon dos à chaque contraction. Entre deux contractions je lui offre la boite à papa, il est ému ! Je commence à avoir le temps long, j’ai envie qu’on vienne près de moi, j’ai peur de pas tenir sur la longueur, chaque contraction m’épuise et j’ai peur que la SF me dise que le travail a à peine commencé… J’ai un peu peur aussi car je saigne un peu, c’est bon signe apparemment ça veut dire que le col se modifie !

 

A 14h (je pense) les SF (S. Et J.) arrivent. S. m’examine, je ne suis pas sûre d’avoir envie de savoir, j’ai peur d’être déçue ! Je suis ouverte à 4, 5 avec la contraction ! Je lui demande si on verra bébé avant la nuit, elle me dit que c’est possible qu’il arrive avant 22h mais qu’elle ne peut vraiment pas savoir, chaque accouchement est différent. Je lui dis que j’ai peur de pas y arriver, peur de m’épuiser, que je n’ai pas assez dormi… Malgré mes peurs et mon épuisement je n’ai jamais demandé la péridurale, je crois que j’ai même oublié qu’elle existait… Pour moi c’était à cet endroit que j’accoucherai, dans cette chambre, comme une évidence.

J’ai encore du mal à gérer les contractions, je passe une partie de mon temps sur les toilettes persuadée que je dois aller à selle (au final c’est bébé qui pousse mais ça me donne vraiment cette sensation !) D’ailleurs je répète en boucle 3 phrases pendant l’accouchement :

“Je veux faire caca » (super glamour mais je m’en fous, je vais même aux toilettes devant chéri et les SF, ils me proposent de sortir mais j’ai trop peur d’être seule, je leur demande de rester près de moi !)

“J’en peux plus, je suis épuisée, je veux dormir !” (J’ai vraiment cru que je tiendrais jamais…)

“Je suis pressée de voir bébé” !

 

Au bout d’un moment S. me fait couler un bain chaud, chéri se met avec moi et continue à me masser le dos en alternance avec S. J’ai peur de devoir aller aux toilettes en étant dans l’eau, S. Me rassure en me disant que ce n’est pas grave si ça arrive. L’eau me fait du bien, je suis plus sereine. Ils restent près de moi même quand je m’assoupis entre deux contractions (quasi à chaque fois). Leur présence me rassure. Je suis dans un état second, j’ai l’impression d’être droguée ! Je bois la tasse plusieurs fois en m’assoupissant et j’ai toute une période ou j’ai le hoquet après chaque contraction, c’est étrange. Les SF m’aident à accompagner chaque contraction avec des “ooom » bien grave, ça aide ! A chaque contraction elle me conseille de visualiser le col qui s’ouvre. Chéri me fera ensuite des massages en forme de O qui s’agrandissent dans mon dos à chaque contraction, ça m’aide à visualiser au lieu de râler. Elles me rappellent également de bien respirer entre chaque contraction et de me reposer.  Chéri est derrière moi et je râle dès qu’il bouge car “ça fait des vagues et ça me gêne”. Il est d’une patience infinie et continue à me masser et à m’encourager avec toute sa douceur. S. me caresse la tête, je me sens choyée, maternée. C’est exactement ce dont j’ai besoin. Je reste quasi 2h dans le bain je pense, je sors car j’ai toujours cette irrépressible envie d’aller à selle (en fait c’est bébé qui pousse je suppose, mais je ne comprends pas) ! Je réalise que l’eau est totalement froide. Mais j’étais trop bien. Je repasse un long moment sur les toilettes, en vain. S. propose de m’examiner mais ne me dit pas à combien j’en suis (j’étais a 6 a priori). Elle me dit juste “ça avance”. Je me doute que ça avance peu, ça me démoralise… elle me demande si j’ai encore des peurs sur le passage, sur le fait de devenir maman. Sa voix toute douce m’apaise. Entre deux contractions je lui dis que oui un peu, elle me rassure.

 

J’essaye ensuite la position 4 pattes sur le lit, ma tête calée sur le ballon avec toujours des massages dans le dos, ça m’aide beaucoup ! Chéri m’encourage, me dit que je suis capable et me susurre des mots doux a l’oreille. Je ne sais pas quelle heure il est (au moins 18h) mais j’ai l’impression que je n’y arriverais jamais…Je fais ensuite un peu de ballon, et quand chéri descend prendre l’air je craque totalement. Je suis avec J., je lui dit je veux dormir, je voudrais que quelqu’un prenne le relais pour moi (j’ai pensé a demandé à chéri de prendre le relais ensuite, je lui ai demandé de gérer les contractions pour moi, ce qui a fait rire les SF mais à ce moment là non plus je n’ai même pas pensé à la péri!), j’en peux plus de ces contractions, elles sont trop régulières, me font mal et j’ai sommeil ! Ma tête tombe toute seule, j’ai l’impression que je vais tomber… Chéri me dira d’ailleurs qu’il a eu plusieurs fois peur que je tombe notamment quand j’étais sur les toilettes car je laissais vraiment tomber ma tête comme si je m’endormais soudainement ! Ça doit être impressionnant pour un papa quand même un accouchement ! J. est adorable et me rassure.

 

Après des contractions plus douloureuses, une impression qu’on me brule au niveau du périnée S. me réexamine (pour la 3eme et dernière fois) et là je suis à dilatation complète ! J’en pleure de joie, je suis ultra émue, je n’arrête pas de dire à chéri “on va rencontrer bébé !” (Bon ce ne sera pas avant quelques heures au final mais bon je ne le sais pas encore :p)! Je fais rire chéri et les SF à être si heureuse (c’est vraiment une émotion super intense que j’aurais du mal à décrire) … J’ai un regain d’énergie… jusqu’aux contractions suivantes ! La nuit commence à tomber, je veux voir bébé avant demain ! Je suis assise sur le tabouret et je tire sur l’écharpe de portage pendue au plafond, je visualise bébé qui va sortir, ça devient plus intense mais moins rapproché au niveau des contractions ! J’hyperventile entre les contractions donc elles doivent rediriger ma respiration et me forcer à me reposer entre chaque contraction car je suis hyper tendue. Je tire comme une acharnée sur l’écharpe de portage et je ne réalise pas lorsque la contraction est finie. S. touche mon ventre régulièrement et me dis que la contraction est passée, que je dois me reposer. Je parle à bébé, je lui dis que je le sens descendre et qu’on va y arriver tous les deux, que je suis fière de nous et que je vais donner tout ce qu’il me reste ! Je lui dis qu’il va rencontrer son papa et sa maman, qu’on va voir ses petits pieds pour de vrai après tous ces coups de pieds ressentis. Je lui dis qu’on est impatients et qu’on l’aime déjà très fort. Au bout d’un moment les SF me propose de monter et descendre les marches de la MDN pour aider bébé à descendre ! Ce n’est pas chose aisée mais je suis prête a tout pour rencontre bébé ! Chéri n’est pas rassuré ! Je le fais 2 fois en remontant même certaines marches 2 par 2, les SF sont impressionnées par ma détermination ! J’en ai marre, je veux rencontrer bébé !!!! J’ai des contractions de folie, j’accompagne toujours avec des “om » qui se transforme plus en cri qu’autre chose mais je sens bébé qui descend ! J’y crois ! En remontant je ressens l’envie de me mettre à 4 pattes sur le lit. Je me mets comme je sens et chéri vient se caler pour que je puisse m’appuyer contre lui entre chaque contraction. C’est mon roc ! Heureusement qu’il est là, je fatigue, je m’écroule sur lui a la fin de chaque contraction. Et là ça s’intensifie encore, j’ai cru que je ne pourrais jamais aller au bout !  Je commence à avoir tellement envie de le serrer contre moi ! A chaque contractions je me mets en dos rond pour aider bébé à descendre (avec l’aide des SF car je cambre +++)! Ça me fait un mal de chien, je pousse comme si j’allais à selle, je n’accompagne plus trop les contractions, je hurle plus qu’autre chose et de nouveau j’hyperventile…J’ai mal et je n’arrive plus à gérer ! Je crois même que j’ai mordu chéri après la première contraction aussi intense (sur le bras et pas fort mais bon, je m’excuserai plus tard xD) ! J. Et chéri me “gronde”, je dois me calmer, respirer sinon je n’aurais pas la force d’aller au bout. Ils me guident. J’ai l’impression de sentir bébé descendre mais je demande encore combien de contractions intenses comme celles-ci il faudra…  Je n’en ai aucune idée ! Trop à mon goût mais en vrai je crois que bébé est sorti relativement vite ! Je perce la poche des eaux à ce moment-là, bébé a failli sortir encore dans sa poche ! Mais le fait de l’avoir percée accélère le travail ! Je ne savais même pas qu’on pouvait percer la poche des eaux si tard !

Voilà que bébé doit passer la fameuse “couronne de feu” au niveau du périnée. On nous en avait parlé en prépa accouchement mais là je comprends mieux le nom :O ! Mon Dieu ce que ça brule ! La SF me met une compresse d’eau chaude pour prendre soin de mon périnée et me dit d’envoyer bébé là-bas, elle me dit “c’est comme si ton enfant est de l’autre côté d’une maison en feu, tu dois aller le chercher” ! Elle me dit aussi que si ça brûle à ce point c’est qu’on est proche de la fin ! Je puise mes dernières forces dans ces paroles et dans les mots rassurants de mon homme ! Ça fait un mal de chien mais je suis proche de la fin. Je pousse comme une folle a une contraction, sous leur conseils avisés (qu’ils doivent me donner entre deux contractions parce qu’avec leur voix toute douce je n’entends rien quand je crie, je suis plus là, je veux juste que bébé sorte) ! Elles me disent comment me mettre et où “envoyer” bébé.

  1. me dit qu’elle sent les cheveux, elle essaye de me faire toucher mais dans cette position j’ai le bras trop court, je laisse tomber, je veux y arriver ! Je pousse une dernière fois, mais quelle poussée ! Et la tête et le corps de bébé sortent en même temps ! Je ne comprends pas tout de suite, pour moi c’était impossible que mon bébé sorte d’un coup ! La SF doit me répéter 3x “il est là, tu peux le prendre dans tes bras »! Mon dieu ce que je suis heureuse ! Selon chéri c’est impressionnant la vitesse à laquelle je me suis relevée pour le prendre dans mes bras. Il m’a dit “tu étais épuisée, à bout de force, je devais te soutenir et quand bébé est arrivé, tu as retrouvé une énergie folle et tu t’es redressé droite comme un i pour prendre bébé dans tes bras » Je suis agenouillée sur le lit avec bébé dans les bras et papa à côté ! J’ai réussi à accoucher naturellement, je suis tellement fière !!!!! Il est 23h39 et on accueille bébé par un “bienvenue Raphaël” qui me tenait tant à cœur ! Je n’arrête pas de répéter “oh mon Amour, mon bébé” ! Je n’y crois pas. Il est magnifique ! Cette émotion-là aussi est intense ! Je me rappelle avoir dit aux SF “c’est vrai qu’on oublie tout quand on l’a dans nos bras » et avoir dit au papa qu’il faisait déjà des grimaces comme lui !

 

Les SF examinent bébé (toujours dans mes bras) mais il tire un peu niveau respiration, il a du mal…S. Coupe le cordon assez rapidement du coup. J. essaye de l’aspirer tout ça mais bébé a toujours du mal. A priori rien de grave mais dans le doute bébé et papa sont transférés en ambulance à l’hôpital a 500m ! Heureusement j’ai pu échanger un regard avec bébé et le tenir dans mes bras un petit quart d’heure. Je suis un peu déçue quand même de le voir partir mais je ferais tout pour sa sécurité et j’ai confiance dans les SF. Je dois rester avec elles car je n’ai pas encore expulsé le placenta, que je n’ai rien mangé depuis 20h samedi (il est minuit passé, donc on est déjà lundi)

La délivrance se passe relativement bien! Le placenta sort en une seule fois après… je ne sais pas 1h après la naissance. Mon périnée est intact, juste une mini éraillure sur la lèvre mais je m’en fiche, dans 2 jours ce sera guéri ! Elles me font une empreinte du placenta, une photo et le récupère pour en faire des gélules. Elles me prennent dans les bras et me félicite. Je suis pleine de gratitude envers elles pour m’avoir permis de mettre mon bébé au monde dans ce cocon.

Les SF partent faire les papiers et me laisse me reposer en haut, j’ai le temps long loin de mon homme et mon bébé…. Je supplie mon homme d’insister pour que je puisse faire la tétée d’accueil et qu’on ne donne rien à bébé ! Le pédiatre est adorable et accepte ! Ils sont partis vers minuit, je ne les rejoindrai que vers 2h passé ! Ça m’a paru interminable ! J’en profite pour prévenir ma famille sur whatsapp, rassurer ma maman a qui j’avais pas donné de nouvelles (je voulais déconnecter et vivre mon accouchement à fond)!  J. m’apporte des fraises et du melon pour que j’ai qqch dans l’estomac, ça passe bien. On m’emmène à l’hôpital. Je n’ai aucun papier, tout est resté dans la voiture, oups ! Enfin, bebe va bien ! Il fait de la peau à peau avec son papa, je fonds d’amour pour eux :). S. qui est toujours avec moi m’aide à mettre bébé au sein, la référente du service me dit déjà qu’il faudra complémenter si jamais blabla et donner toutes les 4h. J’espère réussir à faire entendre ma voix ! Mais j’ai du colostrum donc S. m’a dit de donner à la cuillère si jamais :). Il est 5h du matin, ça fait 24h que je n’ai pas dormi mais j’ai mon bébé tout contre moi et je suis aux anges. A priori on ne rentre pas avant mardi… on contrôle les paramètres de bébé pendant ce temps-là. A voir 🙂

 

Mercredi 27 juin (date de terme)

 

On est rentrés hier à la maison, bébé va bien et nous aussi (malgré la fatigue). A l’hôpital on ne m’a pas embêté pour l’allaitement et on a pu faire du peau à peau presque non-stop. On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé à la naissance, juste un peu de mal à démarrer. Mais on a eu le feu vert pour rentrer. L’allaitement se met tout doucement en place, c’est un peu douloureux mais on fait ce qu’on peut. On essaye de prendre tout doucement nos marques, ça fait bizarre de partir à 2 et de revenir à 3. Notre nouvelle aventure commence 😉

 

MERCI SHUYANA ET JENNIFER <3 !

Grâce à vous j’ai pu vivre l’accouchement tel que je le rêvais, dans le cocon de votre maison de naissance et entourée de tellement d’amour et de douceur. J’ai adoré accoucher à la maison de naissance.